vendredi 2 septembre 2011

Masterchef, télérealité ou service public?

 


Lire cet article sur mon nouveau blog : http://bit.ly/ppF8ae

Mes chers amis,
J'ose le dire, je suis totalement fan de Masterchef. Malgré moi, je trouve plaisant cette émission. Pourtant pas habituée des télé-réalité que je déteste en temps normal; Je dois dire que Masterchef a en quelque sorte du mérite. Oui, du mérite! Je m'explique, outre les passage incessant de publicité au moment des éliminations de candidat (qui doivent rapporter une maximum à TF1 et à la maison de production), les instants dramatiques, les larmes des candidats (ça fait de l'audimat), Masterchef a le mérite d'être une source d'apprentissage même pour nous simple spectateurs. Malgré tout, les chefs donne des petits conseils et des techniques que j'ignorai.
Par exemple, je ne savais pas qu'on pouvait "éplucher" un céleri pour lui enelver les fils durs et désagréables en bouche. J'ai aussi appris qu'une courgette, elle, ne s'épluche pas. J'ai vu comment faire la différence entre plusieurs variétés de poissons, voir différents fromages que je n'avais jamais vu (dommage qu'on puisse pas goûter à la télé!). Et apprendre les bases de temps de cuisson.
Ce que je trouve aussi intéressant, c'est le côté : "remettre la cuisine, la qualité des produits et le plaisir de cuisiner " au centre du débat et de la compétition. Dans les années 80/90, je me souviens de ma mère qui avait de moins en moins envie de cuisiner et de prendre du temps pour la préparation d'un repas. J'ai aussi lu qu'aujourd'hui le temps de préparation d'un repas d'un ménage classique est d'environ 30min. Résultat, lorsque l'on regarde dans le caddie des autres au supermarché (et souvent des ménages les moins aisés), on ne voit que des matières transformés, prêtes à réchauffer, des articles totalement inutiles au régime quotidien équilibré. Tous ces plats préparés sont bourrés d'acides gras trans, d'huile de palme, trop gras, trop salé. Bref, je trouve que la cuisine était devenu "un truc un peu crade" qu'on devait bâclée pour s'en débarrasser.
Cependant depuis quelques années, on voit le boom des livres de cuisine, des magasins d'article de cuisine fleurissent à tous les coin de rues, les blog de cuisine font un carton. Enfin, nous retrouvons une valeur essentielle de la vie: LE BIEN MANGER.
Crédit photo TF1
Masterchef  a aussi le mérite d'organiser des épreuves dans des régions de France ou du monde et d'apprendre à cuisiner des produits locaux! Et oui, j'en reviens toujours à ça, mais c'est un principe plein de bon sens! Hier soir, on voyait les candidats sur un fort de St Malo. Résultat, ils ont dû cuisiner des produits de Bretagne: Huitre, noix de St jacques, andouille, artichauts. J'espère aussi que via cette émission, les téléspectateurs seront sensibilisés à notre patrimoine régional qui présentent de multitude de spécialités.
Ce qu'il manque pour avoir une vrai vocation pédagogique (ce qui n'est pas la vocation de TF1, loin de là), serait d'avoir une information concernant la saisonnalité des produits.
Malheureusement, peu de gens sont informés et connaissent les saisons, pas seulement des fruits et légumes, mais aussi des poissons, des viandes. Ah! j'en vois qui froncent les sourcils, oui! les animaux ont une saisonnalité! Selon leur naissance, on les abattra à maturité, prenez une agneau ou un veau, il y a une saison pour le veau et l'agneau, idem pour les poissons, les huîtres.. on n'est pas sensé les consommer pendant leur période de reproduction  ou leur croissance.
Je vous propose de laisser des commentaires et de partager avec moi votre expérience Masterchef, qu'avez vous appris ou pas avec Masterchef?

mardi 23 août 2011

Le nouveau blog! Gourmandises de Camille

Voilà, le développement de la boutique avance et par la même occasion, le blog aussi.

Vous pouvez dès à présent consulter tous les billets sur le blog à MON NOM!

http://www.gourmandisesdecamille.com/blog/

Bonne visite!



jeudi 18 août 2011

Manifestation des producteurs de fruits et légumes à Paris


Ce matin, j'ai entendu une petite info qui passe presque inaperçue à la radio. Les producteurs de fruits et légumes Français  vont distribuer, en vente direct, 40 tonnes de fruits et légumes à Paris. Le but de leur action est de dénoncer les prix pratiqués par la grande distribution qui se fournissent pour la plupart en Espagne à des prix dérisoires et au dire des agriculteurs, leur font une concurrence déloyale... Le deuxième sujet est aussi de dénoncer les prix à l'achat des grandes surfaces auprès des agriculteurs.

J'ai lu récemment le livre "les fruits de ma colère" écrit par un ancien arboriculteur (c'est comme ça qu'on appelle un producteur de fruit) Pierre Priolet; Cette agriculteur a été médiatisé un peu malgré lui, car un beau matin, il a décroché son téléphone pour témoigner dans un débat sur France Inter et ses larmes en direct ont émus la France entière. Cet homme est devenu aujourd’hui le porte parole d'une profession qui se meure. Dans son livre, il nous explique très simplement comment la grande distribution l'a étranglé avec des prix trop bas et surtout des pratiques "commerciales" abusives. Après avoir travaillé à entretenir et cultiver des vergers, il est arrivé au stade final où il ne pouvait plus vivre de son métier et de sa culture, qu'il a fini par  tout arracher.
Pierre nous explique dans son livre, que la concurrence Espagnole a fait beaucoup de tort aux agriculteurs Français. Simplement parce que les Espagnols ne respectent pas les règles pour le traitement chimique des exploitations, qu'ils peuvent donc casser les prix grâce à leur rendement; qu'ils ont une main d’œuvre moins chère et surtout qu'ils ont INDUSTRIALISE à outrance leur mode de production. Chose que les agriculteurs Français ne peuvent pas faire systématiquement et j'ai envie de dire HEUREUSEMENT.

Comprenez bien, que même avec une tendance du "retour au consommer Français", certaines grandes surfaces n'ont pas vraiment de scrupules à "Rendre Français" un kilo de tomate espagnol, histoire d'acheter vraiment pas cher mais de revendre au consommateur à un prix plus élevé avec l'argument "Provenance France", Comment peux t on faire la différence dans les allées de supermarché entre une tomate française et une tomate espagnole? Impossible, de toute façon en grande surface, les fruits et légumes sont calibrés et correspondent à un cahier des charges! 
Ce que j'accuse ici, c'est vraiment que la grande distribution se gave sur le dos des fournisseurs et des consommateurs. 

Pierre Priolet dénonce dans son livre une pratique qui m'a fait tomber de mon lit tellement elle est choquante: 

Je m'explique: Les centrales d'achats négocient avec des agriculteurs en direct, admettons qu'au mois de janvier, ils négocient la prochaine récolte de pêche pour l'été, ils demandent aux agriculteurs des prix bas sous réserve d'un volume fixé à l'avance qu'ils s'engagent à acheter. L'agriculteur peut y trouver son compte, dès le mois de janvier, il sait de x tonnes de pêches lui seront achetées. Généralement, dans les contrats on trouve multiple clauses imposées à l'agriculteur, qui devra par exemple s'équiper de cagettes particulière pour optimiser le transport ou le stockage dans les hypers. 

Bref, l'agriculteur de janvier à juillet s'équipe, se prépare à HONORER son contrat et LIVRER sa marchandise. Au cours du mois de juillet, admettons que le temps ne soit pas très chaud, les consommateurs vont au final acheter moins de pêches que prévu. La grande distribution qui ne supporte pas de voir son GRAND PROFIT diminuer, va trouver une solution radicale et rapide. Au fil des récoltes du producteur de pêches, qui sont directement livrées dans les magasins, (comme stipulé dans le contrat signé au mois de janvier) les magasins vont purement et simplement REFUSER la marchandise sous des prétexte fallacieux,( pour diminuer les quantités potentiellement invendable, puisque la demande baisse). "Ah! bah non, Monsieur l'agriculteur, vos pêches ne correspondent pas au cahier des charges, elles sont trop mûres, pas assez ronde, vos cagettes ne respectent pas la norme" etc.. Tout ça dans le but de conserver un prix d'achat bas (négocié pour un  certains volume) mais revendre avec une marge toujours aussi importante. Au détriment du producteur, qui se retrouve avec une récolte qu'il ne peut pas vendre, et son chiffre d'affaires qui fond comme neige au soleil. Comprenez bien que dans une logique commerciale si vous concédez un prix de vente bas en tant que producteur, c'est que vous pouvez vous "rattraper" sur des volumes, seulement quand vous avez investit de l'argent, que vous avez un volume de vente bien inférieur aux prévisions, vous ne répartissez plus vos charges et c'est le dépôt de bilan.

Voilà pourquoi, cette profession est malade, les subventions et autres aides de l'Etat et de l'Europe, n'arrangent rien. Il faut savoir aussi que tristement, cette profession compte le plus grand nombre de suicide, car souvent les agriculteurs empruntent pour moderniser et suivre les codes dictés par la grande distribution et ne peuvent plus faire face à leur dette. 
Je ne vous le répéterai jamais assez, pour un commerce équitable et une consommation plus juste, achetez en LOCAL chez un producteur qui vend en direct, c'est meilleure pour votre santé et la sienne!

pour aller plus loin: Voir article du Parisien.fr


jeudi 11 août 2011

Tomates et fruits plein champs: enquête chez un producteur Lyonnais

Mes chers amis,
Après mon billet sur les tomates hors sol, je vous invite à parcourir mon enquête sur le terrain, c'est à dire en plein champs chez un producteur Lyonnais qui officie au marché du quai St Antoine.



Tomates en plein champs


Nous voilà enfin en pleine saison des tomates, courgettes, aubergines, pêches et la liste est longue. Enfin, nous pouvons sans rougir manger des tomates. Alors qu'est ce qu'une tomate plein champ a de différent par rapport à une tomate hors sol? 
















Comme son nom l'indique la tomate plein champ, pousse en saison dans un champ, ni plus ni moins. Elle est belle et bien plantée dans la terre (et non sur les tapis de coco nourries au goutte à goutte comme la tomate Savéol; voir le billet), sans autre substitut qu'un plastique contre le sol pour éviter l'invasion de mauvaises herbes. M Brunet, mon producteur ne fait que vaporiser un peu de bouillie bordelaise (traitement totalement naturel) qui peut lui laisser des trâces bleues en aucun cas toxiques pour nous consommateurs de tomates! Vous pouvez le voir sur les photos, la tomate pousse tranquillement sans tuteur ni piquet et se gorge gentillement de soleil avant qu'on la ramasse à maturité pour être ensuite directement vendue sur le marché à une dizaine de kilomètre de son lieu de culture. Voilà pourquoi, la tomate que je mange à autant de goût! 

Contrairement aux tomates que vous pouvez acheter toute l'année en supermarché (ou au marché auprès de revendeurs peu respectueux des saisons) qui sont pleine d'eau, sans goût et ramasser verte, puis transporter.

Lors de ma visite, M Brunet m'a montré ses champs, qui sont en ce moment, recouvert de haricots verts, d'aubergines, de poivrons, de salades, de courgettes. Quand je vous parle de consommer "local", ce producteur illustre bien le phénomène, de son verger on peut voir la basilique de Fourvière et la tour du Crédit Lyonnais, les deux emblèmes de notre chère ville de Lyon. De ce point de vue là, je ne peux pas faire plus local! 

Poivron vert en plein champ, la preuve il y a de l'herbe autour!















Mon producteur, ne fait pas que des légumes il cultive aussi beaucoup de fruits de saison, nous avons donc déhembulé parmis les pêchers, les poiriers, les cerisiers, les abricotiers et les pommiers.
Sachez donc que les abricots et les pêches c'est bientôt fini alors profitez en vite, les cerisiers c'était au mois de juin et maintenant les poiriers et pommiers prennent la relève.

Pêches




M Brunet est un producteur qui limite beaucoup les traitements pesticides, conservateurs, désherbants et autre cocktail chimique cependant il n'est pas pour autant en bio. Il m'explique que la pomme est un gros consommateurs de pesticides car à la merci de plusieurs ennemis, que ce soit les insectes, les champignons et autres maladies. De plus, les pommes on les récolte une fois par an, et après c'est frigo et obscurité pour les conserver. La pomme concentre donc le plus gros risques d'être au contact des produits chimiques. 

Poires presque à maturité
  



Poirier
Pascal et les pommiers
Pascal, mon producteur n'est pas très optimiste concernant les petits producteurs comme lui. Il dit être très taxé à droite à gauche, avoir une vie difficile car comme toute culture, ça ne s'arrête jamais vraiment, et les champs on besoin d 'attention constante. Son père était agriculteur, après un détour de 6 ans dans la maçonnerie, Pascal à fini par revenir à sa terre natale et a pris la suite de son père. Mais après lui  personne ne reprendra son exploitation. Il n'y aura donc pas de continuité, ce qui m'inquiète car au fil de ma visite il m'a montré tous les champs en friche d'ancien producteurs en retraite. Toutes ces terres qui sont laissées à l'abandon, car pas encore constructible, mais inexploitées.

Il se dit très inquiet quand à l'avenir de l'agriculture en France, il ne restera bientôt que des gros industriels qui fabriquent des légumes en toutes saison et l'Espagne pour se nourrir.






Je veux être plus optimiste que lui, quand je vois le succès des paniers de légumes de saison, les AMAP
( Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne), le marché de l'agriculture biologique, je me dit que comme moi énormément de personnes refusent une alimentation aux goût standardisés, importés et bourrés de produits chimiques. 




Alors n'oubliez pas, mangez de saison et mangez local!

jeudi 4 août 2011

Special K / Rêves et Marketing épisode #3

Pour clore pour le moment ma saga sur le marketing qui vous vend du rêve de façon excessive, je vais aborder le sujet de Spécial K.

Vous voyez forcément de quel produit je parle, vous savez les fameuses céréales, qui ont soit changer la vie (et je pèse mes mots!) de la nana toute mince, vachement bien dans sa peau en robe rouge qu'on vous montre à la télé. Soit qui ont un secret (bien gardé?) des femmes pour rester parfaitement mince en mangeant des céréales TROP bonne que même dedans y mettent du chocolat, mais que celui là il fait maigrir.



STOP! arrêtez de nous prendre pour des C..., en regardant mieux les paquets de Spécial K on voit que la portion recommandée est de 30 gr... vous avez essayé de peser les céréales du matin??? 30gr???

Petit exercice physique, prenez le creux de votre main, versez des céréales Spécial K dans le creux, VOILA vous avez vos 30 gr!!!

Pour un régime, c'est light.... perso je fais parti des gens qui mangent au petit déjeuner, car c'est le repas le plus important de la journée. Depuis toute ma vie je suis au régime, et très tôt à l'adolescence les nutritionnistes m'ont fait prendre l'habitude de manger des protéines dès le matin, pour avoir moins faim le midi et le reste de la journée. Donc , moi les 30gr de Spécial K, ça me fait doucement rigoler... vous crever de faim deux heures après... si vous vous levez à 10h, j'ai envie de dire, c'est pas grave... mais pour celle qui dès le matin doivent gérer les trois vies de Wonder woman (être une mère pour les enfants, une business woman la journée, et une femme le soir), les 30gr de céréales, pèsent pas lourd pour affronter tout ça.

Bref, je m'égare, comme la plus part des femmes ou hommes d'ailleurs (il parait que les hommes au régime prennent du Spécial K) vous êtes séduite par la publicité, et un jour vous craquez, vous achetez un paquet de Spécial K (à pas loin de 12€ le kilo tout de même, soit 3.50€ le paquet de 300gr, on est loin de la baguette de pain à 0.85cts les 200gr). Convaincu que vous allez perdre du poids parce qu'en remplaçant votre traditionnel pain, beurre, confiture par votre bol de Spécial K, c'est SUR vous consommez moins de calories....


Bah, moi je dit, pas toujours vrai... la majorité des consommateurs de Spécial K ne pèse pas la portion, et remplisse un bol que j'appellerai NORMAL! du coup vous n'êtes plus sur les 30gr recommandés dans le cadre du régime alimentaire Spécial K, mais environ à 3 fois plus que la dose prescrite. Du coup, 90gr de Spécial K ça représente; si on prend les natures : 366 calories, rien que pour les céréales, après faut rajouter le lait..., sans parler des Spécial K aux fruits ou autres parfums qui affichent au 100gr 399 calories....

Pour rappelle une demi baguette (100gr de pain) c'est 280 calories... alors OK si vous mettez du beurre et de la confiture, vous allez vous retrouvez au même résultat... Mais une demi baguette avec du beurre allégée ou du St Moret light et un peu de confiture, vous coûterons moins cher en calories et surtout moins cher lors de votre passage en caisse.

Ce que j'accuse ici, c'est que les grandes marques abusent de leur message publicitaire et de la crédulité des gens. Enfin, j'imagine que vous ne m'avez pas attendu pour réaliser ça, de toute façon si Spécial K ça faisait VRAIMENT MAIGRIR, vous ne croyez pas qu'on le SAURAIT non???

mardi 26 juillet 2011

Actimel de Danone / Rêves et marketing épisode #2


Mes chers amis, pour continuer ma saga du marketing qui vous vends du rêve, j'ai décidé de décrypter les codes d'Actimel. Quand on sait qu'un foyer sur 3 dans le monde en consomme, je m'interroge sur les fondements de ce produit.

Le marketing a donné un nom à ce type de produit, on parle ici d'ali-cament... qu'est ce que ça peut bien vouloir dire me demanderez vous? "Ali" comme Aliment et « cament », comme la terminaison de Médicament. Oui, Danone vous propose ici de vous « soigner » grâce à ce que vous mangez! Belle promesse, qui se révèle pas toujours vraie. 

Je m'explique: Actimel n'est ni plus ni moins une sorte de yaourt avec un ingrédient magique appelé ferment. Le ferment en question est une bactérie (une bonne celle là, celle qui vous renforce et ne vous rends pas malade biensûr!) « trouvée / fabriquée » par les laboratoires de recherche de Danone nommée L CASEI (dont le nom et la formule sont brevetés et déposés). Cette bactérie vous assure un bon transit intestinal et par extension une meilleure santé (enfin la santé, ça c'est le marketing qui le dit), si vous consultez le site web d'Actimel vous lirez cette affirmation bien pompeuse, qui nous indique que « Merci Danone, le monde est meilleur grâce à toi ».

Je cite : « Apporter la santé par l'alimentation au plus grand nombre: telle est la mission qui guide au quotidien, l'action des équipes de la recherche Danone ».

WAOUHHHH! C'est beau ce qu'ils disent!

Enfin, traduisez « Vous vendre du rêve pour gagner un max de pognon! »

Je m'explique: pour assurer un transit naturel; l'organisme, conserve et développe les bactéries naturellement présentent dans une alimentation diversifiée. En gros, si vous mangez équilibré nul besoin d'apporter des bactéries via Actimel pour être en bonne santé. Fort heureusement, Dame Nature n'a pas attendu que Danone nous crée une bactérie ou ferment pour faire son travail.

Ce qui me chagrine ici, c'est que Danone vous vend l'Actimel 8 fois plus cher qu'un litre de lait ou tout autre produit laitier de base qui suffisent à vous apporter la bonne dose de ferment pour renouveler le quota nécessaire dans votre corps. Mais bien entendu, la magie du marketing opérant vous devenez dépendant d'un produit comme Actimel.

Danone a réussi à vous faire accepter ce produit comme un geste quotidien et naturel pour vous. La consommation d'Actimel est devenu le réflexe du matin. Est ce que vous vous rendez compte de la manne financière que cela représente? Vous faire achetez un produit une fois, c'est bien, le marketing fait son job de vendeur, mais réussir à vous faire à acheter le produit, TOUS LES MATINS,TOUTE VOTRE VIE??? ça rapporte très gros à Danone (Chiffre d'affaires estimés à 1 MILLIARD d'€ par an). Je pousserai la comparaison aux cigarettiers, après tout, commencer à fumer garanti la consommation quotidienne du produit sur une longue durée.

Ce que je reproche aussi à Actimel, est d'apporter un ferment de façon quotidienne à l'organisme alors qu'il n'a pas besoin de cette fréquence. De plus, votre corps à une mémoire et comme nous, il est un peu flémard.. si vous lui donnez tous les jours ce dont il a besoin, il ne « fabriquera » plus lui même la bactérie nécessaire au bon fonctionnement de votre organisme. Une forme d'accoutumance se crée. Si par malheur vous arrêter de boire votre Actimel, votre corps aura besoin d'un laps de temps nécessaire pour réagir. Pendant ce laps de temps, vous vous sentez moins « bien » et du coup vous racheter de l'Actimel, parce que vous estimez du coup que votre corps en a besoin.

Dernier aspect d'un marketing qui, j'ose le dire, vous manipule, Danone précise bien qu'Actimel pour être efficace doit être pris quotidiennement et de façon régulière sur l'année. 
Vous remarquerez que les campagnes publicitaires sont réparties sur l'année: A la rentrée pour que votre enfant soit d'attaque pour l'année scolaire qui démarre, l'hiver pour renforcer vos défenses immunitaires et bien supporter le froid, et à la fin de l'année scolaire pour aider les bambins à passer la classe supérieure. Deuxième effet Kiss cool: on culpabilise la maman qui n'aurait pas donné de l'Actimel à sa progéniture et donc n'aurait pas mis toutes les chances de son côté pour garantir une bonne santé à son enfant!

Vous voilà maintenant informez, mais rassurez vous, ACTIMEL NE TUE PAS!

Le seul geste quotidien que j'ai pour renforcer mes défenses l'hiver est éventuellement une orange pressée le matin au petit déjeuner pour l'apport en vitamine C. Le reste, c'est que du bon sens, mangez des fruits et légumes de saison. (Je ne vous le répèterais jamais assez!)

lundi 11 juillet 2011

Grand concours de l'été: Tu manges quoi pour l'apéro? et tu le manges où?

Participer et GAGNER un panier gourmand Spécial APÉRO 

en envoyant par email (gourmandisesdecamille[at]gmail.com)  la photo de vos apéros.

Du 9 juillet au 31 août 2011, je publierai les meilleures photos et laisseraient les fans voter!

Apéro en terrasse en amoureux

Merci de préciser:
-Le lieu de l'apéro (les plus insolites seront les bienvenus)
-De quoi il se compose
-Le nombre de participants
-Toutes informations que vous avez envie de partager

Pour valider votre inscription, n'oubliez pas de fournir votre adresse mail valide et principale, afin que je puisse contacter les gagnants directement.

BONNE CHANCE A TOUS

jeudi 7 juillet 2011

Fleury Michon: Jambon de nos campagnes / Rêves et marketing épisode #1



Mes chers amis, j'ai décidé de vous raconter comment 3 marques vous vendent du rêve mais ne tiennent pas leurs promesses.

Je commence cette saga par Fleury Michon et son nouveau "Jambon de nos campagnes". Quand j'ai vu leur nouvelle publicité j'ai fait un bond et encore une fois j'ai failli tomber de mon canapé IKEA..

Je vous fais le pitch de la publicité: un acheteur Fleury Michon vient visiter une ferme idéale, champ à perte de vue, forêt bien boisée non loin et éleveur tout sourire. Il lui demande comment sont élevés les porcs, l'éleveur lui indique que les porcs sont nourris aux graines de lin (initiative de la filière bleu blanc coeur) et donc le jambon Fleury Michon issu de "nos campagnes" sera riche en oméga 3 et que ça c'est bon pour nous. Le message est clair Fleury Michon choisit les meilleurs éleveurs et donc les meilleurs porcs pour votre assiette. Fin de la pub et WAOUH, je veux en acheter...(Magie du marketing qui opère)

J'ai donc failli tomber de mon canapé (reprise de la raison sur la magie du marketing), parce qu'à croire cette pub, nous avons enfin la solution aux élevages industriels de porc, les problèmes de lisiers, les algues vertes en Bretagne etc.. j'en ai rêvé Fleury Michon l'a fait!


Cependant, je m'interroge sur la promesse de Fleury Michon, est elle vraiment tenue?

Compte tenu de :
- ce que j'ai lu dans le livre noir de l'agriculture d'Isabelle Saporta, et son focus sur l'élevage de porc
-des volumes que Fleury Michon doit générer vu la quantité de point de vente qu'ils doivent fournir (ils sont présents dans toutes les grandes et moyenne surfaces)
-Surtout je m'interroge sur la QUANTITE de graines de lin consommée par ces porcs et la façon dont ils sont élevés..

Il faut savoir que la graine de lin et la luzerne sont des cultures ancestrales pour nourrir les animaux d'élevage, autrefois c'était la norme, les champs en étaient recouverts pour nourrir le bétail. L'avantage pour les animaux est qu'ils digèrent très bien cette nourriture et grossissent à leur rythme de croisière.

Mais l'industrie et le productivisme sont passé par là, et on a regroupé les porcs dans des hangars, ils se sont mis à manger du soja et du maïs; à vivre maintenus par des barreaux en fer pour pas que les truies se couchent et écrasent leurs petits. Vivant 24h/24 au dessus de leurs déjections (le sol est troué afin que les excréments coulent à travers le plancher et évite à l’éleveur de changer régulièrement la paille) ils sont tombés malades par voies respiratoires (à force de respirer leur merde), on a donc trouver la solution, les gaver d'antibiotiques pour les maintenir en vie. Sans compter qu'une truie ou un porc qui ne sort jamais: s'ennuie, donc devient agressif, attaque son copain de devant en lui mangeant la queue. Si le porc est blessé il peut tomber plus facilement malade etc... la solution qu'on a trouvé? dès la naissance on coupe la queue et le dent.. comme ça plus de problème.



Bref, l'élevage de porc est aussi cruel et malsain que l'élevage de poulet. Depuis que je sais ça, merci au livre noir de l'agriculture, je me suis mise en quête de ne manger que du porc fermier. Quête plus ou moins difficile car même les bouchers n'en proposent pas toujours (normal il n'existe que 3% de la production en fermier.. alors dilué sur le sol Français... pas évidant à trouver).

Voilà pourquoi quand j'ai vu la pub si séduisante de Fleury Michon avec ce titre si évocateur JAMBON DE NOS CAMPAGNES, je n'ai pas vraiment cru à leur promesse.

J'ai donc enquêté, en contactant le service consommateur de Fleury Michon pour avoir plus d'infos: ils ont répondu au bout de 10 jours en m'indiquant je cite:

  "Les éleveurs du porc composant le Jambon de nos Campagnes sont tous adhérents à l'association Bleu Blanc Cœur  (..)

 Le but final est de fournir aux consommateurs une viande de meilleure qualité nutritionnelle. Ceci passe par l' ajout dans l' alimentation des porcs de graines de lin en faible quantité ( 3%). Ceci se faisait régulièrement autrefois dans les campagnes (...)
 
Le lin étant très riche en acides gras Oméga3, la viande ainsi obtenue a moins de gras saturé et plus de polyinsaturé Omega 3 dont nous sommes très déficitaires.

Ainsi, le jambon de nos campagnes est naturellement plus riche en oméga 3 qu'un jambon supérieur classique.

De plus, en encourageant la culture du lin ou de la luzerne, nous encourageons la biodiversité (halte au tout soja/maïs) (...)

Cette démarche est reconnue par les pouvoirs publics et des organismes de contrôles indépendants  vérifient la bonne application du cahier des charges.

Nous vous remercions de nous avoir contactés, et en remerciement de votre démarche, c'est avec grand plaisir que nous joignons à notre e-mail plusieurs bons d'achat que vous pourrez utiliser sur les produits Fleury Michon de votre choix."

Leur réponse est honnête et je comprend très bien leur démarche. Je salue au passage l'initiative de la filière bleu blanc cœur qui est pleine de bonne volonté même si ce n'est encore pas suffisant pour proposer un porc alternatif au porc "industriel" (il faudrait plus d'adhérents et donc d'éleveurs agréés). 


Ce que je condamne ici c'est la promesse excessive du marketing. En filmant un superbe champ, le tracteur, la forêt on me vend le rêve d'un cochon fermier qui cours dans les champs qui se nourrit de gland et de graine de lin qui est exempt d'antibiotique etc.. On m'a vendu du rêve et en creusant je m’aperçois que le porc qui sera transformé en jambon n'a mangé que 3% de graines de lin et est élevé de la même façon que les autres. Je découvre grâce aux vidéos réalisées par Fleury Michon des éleveurs pleins de bonnes volontés (ce n'est pas eux que j'accuse de nous vendre du rêve) qui ont bien appris leur texte. Et je vois que le porc est lui aussi élevé sur caillebotis en hangar clos et donc ressemble au porc classique que je trouve partout. Ils sont malins et ne citent jamais le mot fermier qui est une appellation contrôlée.



Je modère tout de même mes propos car après tout c'est mieux que rien, c'est le début de la prise de conscience qu'on ne peut pas continuer à élever les porcs comme nous le faisons de façon intensive comme en Bretagne avec tous les problèmes environnementaux que cela implique. Je félicite les éleveurs qui ont pris cette initiative, nous sommes au début d'une prise de conscience mais le chemin est encore long. Par contre je ne suis pas convaincue par Fleury Michon qui exploite ce filon et nous vends un rêve qui au final sonne creux.

mercredi 29 juin 2011

Gourmandises de Camille: les maquettes du futur site

Voici enfin les maquettes du futur site internet qui sera livré en septembre 2011!

Les images et les textes ne sont pas définitifs, l'idée est de vous montrer l'ambiance générale du site!

A vos commentaires! Ne soyez pas avares de compliments, critiques, satires, idées nouvelles etc...



lundi 27 juin 2011

Comment choisir un melon? Comment choisir un ananas?

La saison démarre fort avec environ 15 jours d'avance pour tous les fruits et légumes! Bonne nouvelle on va pouvoir en profiter plus longtemps.



Voici une petite astuce pour choisir un melon toujours mûr à point! Regardez bien le melon, son attache (ce qui le rattachait au plant) doit se décoller légèrement (comme sur la photo prise ce matin au marché) et cela indiquera qu'il est mûr. Si vous souhaitez le consommer  quelques jours après, prenez un melon dont l'attache est plus ou moins "fixée", puis laisser le à température ambiance pour qu'il continue de mûrir.


Je vous rappelle que si vous le placer au frigo , il arrêtera de mûrir.

Privilégiez un melon français, éviter la provenance Maroc ou Espagne! pour l'instant les melons proviennent surtout de Cavaillon ou du Sud de la France, mais rapidement il devrait pouvoir venir de votre région.





Pour les ananas, la technique infaillible, reste " l'arrachage de feuille", je m'explique: Prenez un ananas, chercher au centre une feuille, tirer dessus, si elle se détache très facilement, l'ananas est mûr! et se consomme très rapidement.

D'autre part, en règle générale, pour avoir des fruits et légumes mûrs mais pas trop, vérifiez que le légume ou le fruit est bien ferme et lisse.

A vos cabas! et bonne dégustation!

lundi 20 juin 2011

Farine animale: Le retour?

Mon Dieu, j'en ai des frissons, j'ai entendu cette nouvelle fracassante: La France voterait pour un retour aux farines animales dans l'élevage des poissons, porcs et volailles....

Je commence par vous expliquer ou vous ré expliquer le principe des farines animales!

Afin de nourrir les élevages, certains industriels, éleveurs ont eu cette idée magique: Faire manger des animaux morts à sa propre espèce. Vous prenez des carcasses de bêtes mortes (souvent dans des circonstances étranges de maladie, de faiblesse, de mort subite dues au confinement) vous mixer tout ça, ça donne une bonne farine animale. Bénéfice immédiat pour l'élevage nourri aux farines animales, il grossit à vitesse grand V et donc représente un aspect très intéressant pour l'éleveur. Une bête qui grossit vite se vend vite et son rapport kilo/euros/temps d'élevage est boosté. En gros, au lieu de garder 60 jours un poulet, il atteint son poids "commercialisable" en 40 jours. Du coup l'éleveur n'a plus besoin de le nourrir, le soigner (les fameux cocktails antibiotiques administrés de façon quasi quotidienne) pendant la période de temps de 20jours supplémentaires. 
Grosse aubaine pour faire plus de fric avec moins de moyens.

(Certes je grossis le trait ici volontairement, car la différence de jour n'est surement pas aussi importante mais c'est pour vous illustrer les pratiques.)


Autre avantage, la farine animale est peu chère par rapport au maïs ou toute autre alimentation que l'on donne aux élevages traditionnellement. Normal, des carcasses de bêtes mortes ça ne devrait pas se valoriser.

Je m'insurge totalement sur cette pratique, comment peux ton donner de la viande de porc à des porcs? Du poisson à du poisson? C'est ni plus ni moins une forme de "cannibalisme" qui me dérange au plus haut point. Où est le bon sens paysan là-dedans? Autre fois personne n'y avait pensé, c'était juste INPENSABLE.

Je vous rappelle aussi ici que la source de la vache folle et pourquoi l'ESB (encéphalopathie spongiforme bovine: nom de lamaladie) c'est propagée si vite, c'est bien à cause de cette pratique. L'ESB se trouvait dans la moelle épinière des bovins, en broyant les carcasses sous forme de farine, l'ESB se retrouvait dans la gamelle de la vache suivante qui l'ingurgitait à son tour et  contractait la maladie plus tard.

Ce qui me dégoute c'est qu'une fois de plus les agriculteurs se tuent eux-mêmes avec ce genre de pratique. Les éleveurs qui avaient ne serait-ce qu'une seule vache atteinte du syndrome de la vache folle, voyait TOUT leur cheptel tué et incinéré ce qui contribua à sa faillite économique. Bien sûr derrière l'Etat a donné des subventions etc.. Mais ça n'enlève pas le traumatisme. Imaginez-vous élevant une cinquantaine de vache pendant plusieurs années, et du jour au lendemain, les gendarmes, les services sanitaires débarquent et foutent le feu à votre stabulation (étable). Quel choc! Quel violence...


La France veut rassurer tout le monde, "on ne donnera jamais plus de farine animale à des bovins". Cet argument est juste un effet politique. Le principe de contamination croisée peut se retrouver dans la viande de porc, les volailles et les poissons. Ce qui m'agace c'est qu'une fois le retour aux farines animales il n’y aura pas vraiment d'alternative hormis le bio pour nous consommateurs. Nous serons contraint et forcé à manger ce type de protéïnes, car peu de substitut se présenteront à nous (les viandes et poissons bio sont encore beaucoup trop cher pour être accessible). 

Pour le poisson, l'idée est d'acheter plutôt du poisson péché en mer et non d'élevage. Mais pour la volaille et le porc, il n'y a pas d'élevage SAUVAGE! Déjà que l’alternative bio pour la volaille est peu satisfaisante... les poulets ne sont certes pas nourris aux farines ni aux antibiotiques, mais ils restent confinés et enfermés dans des hangars allumés 24h/24 pour qu'ils mangent, mangent, mangent et grossissent le plus vite possible. (voici un reportage qui montre bien les conditions d'élevages des poulets de chair)



La viande de porc, n'en parlons pas, il ne reste que 3% de la production Française qui sont élevés en plein air avec une appellation fermière...

Mon dernier espoir est que la commission Européenne bloque cette décision, mais j'ai bien peur qu'elle aille dans le sens de la France... Désolé mais ça me déprime.


mardi 14 juin 2011

Recette Jardinière de légumes

 Chose promise, chose due!

Voici la recette de la jardinière de légumes nouveaux


Pour 4 personnes
 1.2kg de petits pois frais (5.80€ le kilo max)
1 botte de carottes nouvelles (celles avec les fanes qui sont plutôt fines)
500gr de petites pommes de terres nouvelles
1 botte d'oignon nouveau


  • Écosser les petits pois, tailler les carottes en petites rondelles, idem pour les pommes de terres (les pommes de terres nouvelles ont la peau tellement fine qu'il suffit de les frotter sous l'eau pour les cuisiner sans les éplucher).


  • Faire revenir les oignons dans une casserole à fond épais avec 1 cuillère à soupe d'huile d'olive, ajouter les carottes, les pommes de terre et les petits pois. Saler et poivrer.

  • Faire rissoler le tout en mélangeant 3/5 minutes.


  • Recouvrir les légumes d'eau avec un bouillon cube de volailles bio ou de légumes bio (Vraiment meilleur en goût que les cubes traditionnel)


  • Laisser cuire à feu doux en couvrant, 20/25 minutes.


Au dernier moment si votre jus est très liquide, vous pouvez délayez une cuillère de maïzena, farine ou fécule de pomme de terre pour épaissir la sauce. J'ajoute parfois une cuillère à café de fond de veau pour rehausser tout ça!

jeudi 9 juin 2011

Check list ou petit guide du futur entrepreneur!

Enfin la récré! Voici un petit bilan de l'aventure que j'ai démarré mi janvier!

 J'ai bien travaillé je peux aller faire la sieste... bonne lecture




jeudi 2 juin 2011

Fruits et légumes de juin



Ahhh enfin de plus en plus de diversité sur les étals de marché:

voici une liste des fruits et légumes que l'on peux acheter en cette saison:

Légumes du mois de juin
A                                                                                          B
Artichaut / Asperges / Aubergine                                Betterave / Brocoli

C                                                                                  
Carotte / Choux / Concombre / Courgette / Celeri branche   

E
Épinard

F                                                                                 L
Fenouil                                                                        Laitue

N                                                                                O
Navet                                                                          Oignon nouveau

P
Pois gourmands (les tout plats où l'on mange tout)  / Petit pois / Pomme de terre

R
Radis / Rhubarbe

 Fruits du mois de juin

A                                                                                 B
Avocat                                                                         Banane

C                                                                                F
Cerise Citron                                                            Fraise / Framboise

M                                                                               N
Melon                                                                         Nectarine

O                                                                               P
Orange                                                                Pastèque / Prune / Pêche (plutôt fin juin)

T
Tomate (fin du mois)


Voilà de quoi préparer de bons petits plats, la jardinière de légumes nouveaux par exemple, je vous donne la recette prochainement!

lundi 30 mai 2011

Concombre, faut il en avoir peur?

L'actualité vient servir ma cause! Pour vous faire un résumé, des lots de concombre importé d'Espagne via les Pays bas (c'est d'une logique implacable :(..) a empoisonné des Allemands! La responsable? une bactérie qui se serait immiscée dans le concombre espagnol et qui provoquent une intoxication alimentaire.

Panique à bord, "je ne mangerai plus jamais de concombre" me direz vous,

Mais non, le concombre ne vous tuera point si vous l'achetez en LOCAL! En attendant les résultats de l'enquête, qui nous montreront ce qui c'est passé, je vous rappelle que le concombre pour être digéré doit garder soit SA peau et SES pépins, soit tout enlever! En effet, une enzyme présente dans la peau du concombre facilite la digestion des pépins.

D'ailleurs, petite recette de salade de concombre:

  1. Laver le concombre, peler et épépiner-le, 
  2. trancher le en fine rondelle, 
  3. ajouter des échalotes finement coupées, de la crème fraîche légère, saler et poivrer. 
  4. Parsemer d'aneth.
A consommer frais! c'est délicieux!

Pour aller plus loin voici le lien vers un article du monde.fr Le concombre tueur expliqué par Le Monde

mardi 24 mai 2011

Locavores: Définition

Pour faire suite à l'article sur les marchés, je vous propose de revenir sur le terme LOCAVORE.

Mais qu'est ce que c'est que ce nom barbare qui ressemble à Terminator! Non il ne s’agit pas d'une nouveau film de Schwarzenegger, mais bien d'un nouveau courant de consommation.

Pour reprendre l'expression, le LOCAVORE n'est plus un simple consommateur, mais bien un consom'acteur.

Le principe du LOCAVORE défini un individu "OmniVORE", qui a besoin de manger et donc de consommer, et la notion de LOCAL. Il va donc chercher à consommer et manger des produits qui proviennent d'un rayon de 100 à 200km autour de lui.

Pourquoi devenir LOCAVORE me direz-vous? Pour plusieurs raisons simples déjà évoquées sur ce blog:

- en étant LOCAVORE, je valorise le travail de producteur LOCAL, et non des "Industries AGRICOLES" à des milliers de kilomètres de moi.

- en consommant LOCAL, mes produits ont moins de traitements chimiques visant à les conserver pendant le transport, je mange donc plus SAIN

-en mangeant des produits LOCAUX, je mange des produits plus FRAIS, cueillis à maturité et non plus cueillis verts et murit dans le bateau/camion

-en achetant en LOCAL, je limite les kilomètres parcourus et donc le nombre de camions sur les routes et  donc la pollution. (une partie du fameux bilan carbone)

-en cuisinant des produits LOCAUX, ma nourriture respecte forcement le rythme des saisons, et mon alimentation devient plus variée sur l'année.

-en tant que LOCAVORE je redécouvre le plaisir d'attendre les nouveaux fruits et légumes de saison et de me faire une orgie quand c'est le moment

-en étant LOCAVORE, je fais des économies, oui car les pommes en pleine saison ne valent pas plus d'1€20 le kilo, les fraises 3€ la barquette de 500gr. Avez-vous regardez les prix d'une barquette de fraises l'hiver?? Hallucinant!

Voilà une liste non exhaustive de sacrées bonnes raisons de REVENIR au local, je vous rappelle qu'avant la seconde guerre mondiale, c'était juste du bon sens. Votre Porte-monnaie est votre "arme" sachez l'ouvrir quand il faut pour les bons produits.

jeudi 19 mai 2011

Comment reconnaître un producteur sur le marché? Les 6 indices qui ne trompent pas

 Après avoir rabâché à mes amies que NON les fruits et légumes ne s'achètent pas au supermarché (ils sont TRÈS chers, pas bons, et vieillissent mal dans votre réfrigérateur) certaines se sont mises à faire le marché,

VICTOIRE! Cependant, un monde nouveau c'est ouvert devant elles... et elles m'ont dit qu'au final devant tant d'offre et de choix, bah elles étaient un peu perdues...

C'est vrai qu'acheter sur le marché ne veut pas forcément dire acheter des fruits et légumes de saison, de la région et de producteurs. (Je sais, ça fait beaucoup de critères!) Sur le marché vous allez trouver deux types de bancs: le banc du producteur (mon préféré) et le banc du revendeur (très bien selon les produits que l'on cherche). Alors comment vous repérer dans cette jungle? je sens déjà l'angoisse monter en vous et la pupille tremblante vous ne savez plus où poser vos yeux...

Pas de panique, voici 6 indices qui ne trompent pas "Celui-là, c'est sûr c'est un producteur, ça se voit"

1: Le PRODUCTEUR de fruits et légumes n'a que des fruits et légumes de saison, si vous voyez des bananes ou des ananas, ce n'est pas  un producteur de la région mais un revendeur. Dois-je vous rappeler que les ananas et les bananes ne poussent pas en France? Maintenant, si vous avez envie de bananes ou d'ananas, vous avez le droit de vous approcher! n'ayez pas peur, allez-y!


2: Le PRODUCTEUR a de la terre sur les mains, logique, ça veut dire que quand il n'est pas là devant vous à vendre, il y a  de grandes chances qu'il tripote sa terre et ses plantations... C’est bon signe si vous cherchez du local!

3: Le PRODUCTEUR travaille avec des cagettes en bois (pour la plupart), si vous voyez les cagettes en plastiques vertes ou en carton imprimé SAVEOL par exemple (pour les tomates hors sols et hors saison, voir le billet pour plus d’infos), c'est un négociant, il a acheté ses fruits et légumes à un grossiste, qui lui-même les a acheté à des producteurs (souvent à l'étranger). Regarder donc derrière le banc, dans le camion et observez les cagettes. Vous aurez rapidement l'indication.




4: Le PRODUCTEUR met souvent en avant son côté paysan parce qu'il est fier de faire de la vente directe. Observez, il y a surement un petit panneau sous le parasol, sur le camion derrière, etc..

5: Le PRODUCTEUR écrit l'origine de ses produits sur les étiquettes, c'est à dire la commune où il cultive, et non plus le PAYS d'où proviennent les fruits et légumes comme les revendeurs qui vous indique le plus souvent Espagne, Maroc, Pologne, Pays bas Etc.. comprenez bien qu'on passe de l'INTERNATIONAL au LOCAL. Les communes citées sont souvent dans votre département ou dans votre région.


6: Le PRODUCTEUR peux vous parler des heures de ses produits, de son travail, des saisons, de la météo, s' il va y avoir une canicule, s’il n'a pas plu suffisamment, bref, c'est un fin observateur de la nature.

Vous voilà maintenant armé pour une consommation en local et de saison! dites vous qu'un produit local et de saison a forcément moins de produits chimiques qu'un produit qui vient de loin. Effectivement un producteur ramasse ses cultures le matin avant de venir vendre sur le marché, il n'a donc pas besoin de produits chimiques pour conserver et transporter sa marchandise. Les avantages de cette consommation sont multiples, moins de produits chimiques pour vous et pour l'environnement, moins de transport, des produits frais cueillis de la veille ou du matin, un goût plus authentique.

Maintenant je suis d'accord qu'on ne peux pas manger QUE des fruits et légumes de producteur, moi aussi j'aime les bananes, les ananas, les citrons, les pamplemousses (les agrumes poussent aussi en France, mais c'est difficile à trouver, sauf si vous habitez dans le sud!). Je ne m'empêche pas d'en acheter car il n'y a pas d'autres alternatives, mais au moins 80% de mon alimentation est en local et moi ça me donne le sourire!



lundi 16 mai 2011

Nettoyer sa maison naturellement : Ecolo peut être synonyme d'économies

Mes chers amis,

Oui! un comportement écolo peut être synonyme d'économies. 
Je prend ici l'exemple des nombreux produits d'entretien qui encombrent surement vos placards. Après avoir consommé comme tous le monde de nombreux produits chimiques tels que ANTIKAL pour faire briller l'inox de mon évier, CILLIT Bang (mon préféré), vous voyez celui avec la pub qui vous montre une pièce décapée en 15 sec lorsque plongée dans un bain rose bonbon?? 


Quand j'ai vu ça, argument de choc, j'ai voulu l'acheter! Lorsque j'ai vu le prix, le choc à été du même acabit. 

Pour éviter de nuire à ma salle de bains (la solution chimique est tellement décapante que ma baignoire y a perdue quelques centimètres de céramique), Pour éviter de nuire à mes voies respiratoires (j'avais remarqué que ce produit me piquait la gorge et le nez), pour éviter à ma planète de souffrir elle aussi (vous regarderez au dos de ce charmant produit il y a le sigle NOCIF), j'ai arrêté d'en acheter. (même si NOCIF ne veut pas dire grand chose, moi j'me méfie)


Heureusement mes enfants, il existe des alternatives bien plus respectueuses de l'environnement, de votre baignoire, de vos voies respiratoires et de votre porte monnaie.

La solution miracle? LE VINAIGRE BLANC. Oui, je sais je n'ai rien inventé; nos grand mères avaient l'habitude de s'en servir, mais pauvre de nous, les industries chimiques sont passées par là, et nous étions dans l'ignorance.


Le vinaigre blanc sert à nettoyer à peu près tout dans votre maison et ne coûte que 0.33cts d'€ par litre. (Preuve à l'appui, chez Auchan ce matin où j'ai mené l’enquête.)Autant dire, presque rien.

Voici une liste non exhaustive de ce que je fais dans la maison de ce vinaigre blanc:

Principe de base, je le mets dans la bouilloire électrique pour le chauffer (il est bien plus efficace chaud) et 2eme effet Kisscool, il commence dès le départ par décaper ma bouilloire.

Pour nettoyer et faire briller l'évier ou tout objet en inox (robinet , plan de travail, plaque de cuisson), je frotte la surface avec une éponge et un peu de bicarbonate de soude, je rince avec le vinaigre blanc. Vous verrez ça fait une réaction effervescente, c'est magique. (Adieu ANTIKAL - 3.08€ les 500ml)



Pour la salle de bains et les toilettes même combat, vinaigre blanc et bicarbonate de soude, la solution agira sur le calcaire et fera briller votre céramique. (Bye bye Cillit Bang - 3.55€ les 750 ml, Bye bye Canard WC -1.41€ les 750 ml)

Vous pouvez substituer votre assouplissant habituel par l'équivalent de la dose en vinaigre blanc. Vous aurez deux actions en une: une linge doux et une machine à laver décalcarisée.  Adieu SOUPLINE (-4.14€ les 3litres  et CALGON14.01€ les 45 tablettes)

Pour déboucher toutes vos canalisations, nul n'a besoin de DESTOP (qui usent prématurément votre plomberie en décapant certes, mais en enlevant des centimètres de plastique à chaque passage) - 2.78€ le litre.

Afin d'avoir un linge plus blanc que blanc, pas besoin de K2R (-3.01€ les 10 tablettes), pour redonner le blanc d'origine au linge, une tasse de bicarbonate de soude et un jus de citron directement dans le tambour redonneront au blanc tout son éclat. Prévoyez les lunettes de soleil pour faire sécher vos serviettes de bains blanches, ça va vous éblouir tellement c'est blanc.

Bon alors si je récapitule, on a dépensé combien? 1 kilo de bicarbonate de soude (qu'on trouve dans les drogueries, Castorama, Leroy merlin etc..) 5.50€ + 3 bouteilles de vinaigre 0.33*3= 0.99cts d'€. Un total de 6.49€ pour 3 mois d'entretien de toute votre maison... pas mal..

Regardons le score des produits chimiques? 31.98€.. ÉDIFIANT! soit environ 5 fois PLUS cher.

"Mais ça sent le cornichon chez toi?", certes le vinaigre blanc ne sent pas très bon, OK! mais 5min pas plus, le temps de l'utilisation. Pour les nez sensibles, je recommande d'ajouter quelques gouttes d'huiles essentielles (en vente dans les magasins bio ou certaines pharmacies) dans le linge pour éventuellement remplacer le parfum de l'assouplissant, qui est agréable je l'avoue.

Voilà! si vous souhaitez aller plus loin dans la réflexion sur " Comment entretenir sa maison au naturel,", je vous invite à vous procurer le livre du même nom, écrit par Angela Martin.

Il existe aussi beaucoup d'ouvrages sur le sujet, aller faire un tour en librairie, il y a du choix!


LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...